La Tradition de la

Rodella de Montbolo

home

Entretient avec Gilles Borrat sur les origines supposés et les explications symboliques

 Martin: Pour Histories de la Vora del Foc, j'ai été amené à effectuer des recherches sur la Rodella de Montbolo que I' on fête Ie 30 Juillet en même temps que les Saints Abdon et Sennen. Les habitants de Montbolo m'ont expliqué que c'était Ie vœu d 'un berger et j'ai réussi à me procurer Ie texte de 1465 qui dit ceci :

"Dans Ie courant de l'année 1465, ni plus tôt ni plus lard, le Sieur Noguer de Gasnach de la paroisse de Saint André de Montbolo, était un jour occupé à faire paître un troupeau sur la montagne à l'endroit appelé Ie "coll de la porta". Il éclata tout a coup un orage si violent que notre pauvre berger fut oblige de se réfugier sous un rocher. A peine se trouvait-il là, blotti et tremblant de frayeur, qu'il entendit une voix articulant ses mots.

"Passe.

Je ne puis répondit une autre voix.

-Qu'est-ce donc qui te retient?, Reprit la même voix.

-Abdon et Sennen qui sont la devant moi".

Le danger conjuré, Ie berger couru au village faire au curé et aux habitants Ie récit de cette ténébreuse affaire. Son côté diabolique fit naître immédiatement dans I' esprit de tous ces pratiquants l'idée matérielle d'un témoignage de reconnaissance, de la, la création a perpétuité de la classique Rodella de Montbolo, à titre de talisman contre les désastres atmosphériques.

Je n'ai pas trouvé d'autres témoignages. Pourriez-vous nous expliquer les fondements de cette tradition?

Gilles: A cette époque subsistent en Vallespir et dans toutes les Pyrénées de nombreux cultes païens que l'Eglise cherche à rallier ou à interdire. Les Catalans veulent bien croire en Dieu, mais ce sera sur les lieux déjà vénérés pour leurs ancêtres. Ainsi, on gravera des croix chrétiennes sur les dolmens et les cromlechs de nos lointains ancêtres indo-européens. Par exemple : Ie Roc de l'Amorriador à Glorianes, au Call de la Llosa à Casafavra ou au Roc de Las Nou Creus à Céret. . Ils sont très nombreux sur les chemins de transhumance et sont toujours en conflits avec les oratoires Chrétiens arrivés là vers Ie huitième siècle.

Martin: Ces cultes païens, quels étaient-ils?

Gilles: Ils étaient nombreux tout au long de l'année. Nous en avons raconté quelques-uns uns dans les précédents numéros de votre revue. Dans Ie cas présent, il s 'agit selon moi du culte du mariage ou de l'union qui se pratiquait aux abords des dolmens, sur des "colls", des sommets, en tout cas sur des lieux élevés. Ces lieux sont attestés par des nombreuses cupules, en général on peut y observer Ie soleil se lever. la mer et il y souffle Ie vent. On posait à plat sur une roche une grande roue de bois montée sur un axe en métal. Sur celle-ci prenait place un couple, face-à-face, qui voulait s'unir selon Ie rite celtique. Autour d'eux se tenaient 3 personnes de l'ordre sacerdotal païen, dans les. temps anciens, il s'agissait probablement d'un druide, d'un barde et d'une semnothée. On faisait tourner la roue dans Ie sens solaire, lentement, pendant que Ie couple d'amoureux face-a-face, assis en se joignant les mains cherchaient à établir l'équilibre. Les trois prêtres entonnaient alors un son guttural qui retentissait loin dans la vallée. Le couple pénètre par Ie chant religieux, étourdi par la rotation, entrait dans un état d'ivresse provoque par Ie tournis de la roue. Elle finissait par tourner toute seule, animée par les seuls mouvements des époux.

Martin: A quelle époque cette roue a-t-elle été christianisée?

Gilles: Je ne saurais vous dire quand et comment cette roue de bois est rentrée pour la première fois dans l'église. Ce qui me parait certain c'est que la roue celte est à l'origine de la Rodella de Montbolo.

Lorsque Louis XI conquiert Ie Roussillon en 1463, il entreprend l'organisation de sa nouvelle province en nommant un lieutenant du Roi, un gouverneur ; des officiers civils et militaires, un parlement, une cour de justice chargée d'appliquer Ie droit Catalan, mais au nom du Roi de France. Cette occupation Française durera 10 ans et paraîtra insupportable aux Roussillonnais. La noblesse catalane est en majeure partie dessaisie de ses biens qui sont redistribués à des fonctionnaires du Roi. Montbolo ne faillira pas a la règle. Ce bien appartenant aux nobles de Llupia sera confisque et remis à un Languedocien allié des Français. Le nom de "Noguer de Gasnach" a tout de même une consonance du sud-ouest. L 'autorité de l'église fortifiée de Montbolo passera sous la coupe de l'Abbé d'Arles sur Tech, et donc les traditions paiennes christianisées aussi.

1465 me paraît être l'année du grand changement, on a modifie la roue en une offrande circulaire montée en effigie sur une croix chrétienne. Mag Ruith, mage celte, prononçait ses augures druidiques avec des roues, il était considéré comme Ie petit-fils du roi universel.

 

L'accueil de la Rodella à la maison Rouet (photo Gilles Borrat)

Martin: Pourtant la roue celte n'est pas représentée en Vallespir.

Gilles: Si, justement, sur le sarcophage pre-chrétien dit de la sainte tombe d'Arles sur Tech, il y a une roue celte sculptée dessus. Le gisant de Guillaume GAUCELME, lui aussi porte en médaillon la roue celte " enfin, dans l'église abbatiale Sainte Marie, dans la nef, au-dessus du cœur ; vous verrez suspendue une roue du bois ornée de grelots que l'on se servait autrefois pour les mariages. Elle est identique a celle que l'on trouve en Bretagne, pays Celte par excellence.

Plus lard, la roue va symboliser une justice égale pour taus dans la tradition chrétienne. Le moyeu représente le Christ régnant sur le monde, dans les cathédrales médiévales le fils de Dieu est placé au centre des rosaces. Pour inverser les rôles au Moyen-Age, on utilisera la roue pour supplicier les condamnés et les infidèles. Une façon radicale pour affaiblir les cultes païens et faire rentrer le peuple dans les églises.

Martin: En observant la Rodella de Montbolo, on voit bien qu'il s'agit d'une croix sur laquelle est monté un enroulement spiralé de cire. Que signifie ce symbole?

Gilles: La croix apparaissait sur le couteau des druides. Cet objet tranchant avait un caractère Gillesque, on prétendait même qu'il permettait d'éloigner les sorcières, par temps d'orage. Aujourd'hui encore le couteau Laguiole est orné d'une croix. Nous avons chez nous beaucoup de croix gravées sur des pierres préhistoriques et personne n'est en mesure de les dater.

La croix chrétienne elle aussi n'est autre qu'un symbole solaire. Chez nous, en Occident, a l'origine, elle est la matérialisation des 4 points cardinaux, mais aussi des 4 saisons. L'enroulement de cire en spirale a partir du centre de la croix évoque l'évolution de l'homme tout au long de son existence.

Dans la Rodella de Montbolo, il me paraît très clair qu'il s'agit de l'association d'un talisman païen et Chrétien. Ce signe religieux est extrêmement puissant de par les symboles et les ondes de forme qu'il dégage. L'église Chrétienne d'aujourd'hui ne retient de cette Rodella que l'aspect protecteur contre les catastrophes atmosphériques, elle est bien plus que cela. Monseigneur FORT, évêque de Perpignan, le 30 Juillet 2000 n'a pas hésité à présenter la Rodella comme un signe solaire christianisé

La Rodella suggère un cercle monté en spirale sur une croix chrétienne, elle se rapporte au monde du devenir ; de la création continue. La Rodella symbolise les cycles, les recommencements, les renouvellements. C'est pour cela que les bergers, les agriculteurs, mais aussi les apiculteurs vénèrent ce talisman, pour se protéger "du mauvais temps" au sens Ie plus large du terme. On vénère la Rodella pour maîtriser Ie "temps" afin que celui-ci nous assure de ses bienfaits dans l'avenir.

Martin : La procession part de l'église Saint André de Montbolo à 7 heures du matin, elle redescend par le chemin de muletier qui rejoint Ie Pla Bernadou. Là, Ie "Rafresc" est offert par la Mairie de Montbolo à tous les pèlerins assoiffés. La procession file sur Arles pour s'arrêter à la maison Rouet, elle rejoint le cortège des Saints Abdon et Sennen qui vont l'amener dans l'église Sainte Marie d'Arles sur Tech.

Gilles: Oui, tout à fait, c'est bien là Ie parcours immuable de cette fête religieuse, toutefois l'essentiel de la procession se joue lors de la rencontre entre la Rodella et les bustes des Saints Abdon et Sennen.

Le pèlerinage de la Rodella stationne à la maison Rouet. Encore un lieu où la roue devait jouer un rôle important. Y avait-il en ce lieu des rouets a filer la laine, où est-ce Ie nom du propriétaire de la maison, on ne Ie sait plus.

Devant la maison Rouet, donc, qui était autrefois à l'extérieur de l'enceinte du village d'Arles, les bustes reliquaires Kurdes d'Abdon et Sennen viennent chercher la Rodella.

C'est là Ie moment Ie plus important et Ie plus solennel de la procession. A un moment la Rodella fait face aux regards des deux Saints, cette situation dure quelques minutes, c'est Ie moment Ie plus fort.

Martin: J'ai du mal à comprendre que ce moment là soit si important. Personnellement, je n'ai rien remarque de particulier.

Gilles: Si! Je vais vous expliquer. La Rodella, nous l'avons vu, est un signe solaire descendu de la montagne. 0r Abdon et Sennen ont été mis à mort parce qu'ils refusaient de s'agenouiller devant les signes solaires des romains. Dans le cas présent la situation est inversée, les deux Saints acceptent (puisqu'ils sont devenus saints) d'accueillir un signe solaire dans leur église pour le christianiser : On ne peut pas comprendre toute la force de cette représentation si on ne connaît pas l'histoire des Saints Abdon et Sennen martyrisés en 253. La Rodella prend en principe la tête du cortège suivie des bustes des Saints d'Arles sur tech, décrit une circonvolution dans la ville, autour de l'Abbaye, en principe dans Ie sens solaire ou si vous préférez dans Ie sens des aiguilles d'une montre. Ce cercle (encore lui) a pour but d'écarter les mauvais esprits du centre religieux qui est l'Abbaye.

Martin: Durant la messe, la Rodella est placée près de l'autel avec les bustes des Saints, j'ai remarqué que beaucoup de personnes embrassaient les reliques, par contre je n'ai pas compris ce que devenait la Rodella.

Gilles: La roue de cire sur sa croix restera une année dans l'église. Vous ne l'avez pas remarque mais au départ de Montbolo, et aussi à la maison Rouet et à la sortie de la messe, une dame vendait dans un panier des petites spirales de cire. C'est la Rodella de l'année passée qui est découpée et distribuée aux pèlerins. Dans les mas autrefois lorsque l'orage éclatait, on allumait cette spirale de feu pour conjurer le mauvais temps. On retrouve là l'utilisation symbolique du feu pour contrarier l'eau, une façon très ancienne de se protéger des catastrophes atmosphériques.

Martin: Vendredi 16 Mars 2001, nous avons appris le décès de François Guardiole, gardien de la tradition de la Rodella. Pensez-vous que la procession pourra continuer?

Gilles: Oui, François a une grande famille, je pense qu'elle perpétuera la tradition. Sinon, la famille Guardiole passera le flambeau à d'autres qui perpétueront la procession afin qu'elle continue des siècles et des siècles encore.

A ce sujet, samedi 17 mars 2001, l'après-midi après la messe, dans le cimetière de Montbolo durant les remerciements du Maire, devant le cercueil de François Guardiole, tout a coup la pluie s'est mise à tomber avec force, suivie par la grêle. Tout s'est atténué et arrêté au moment ou on a enseveli le gardien de la Rodella dans sa dernière demeure et cela, Martin, la centaine de personnes présentes peuvent en témoigner.

Martin Batlle

Entretien avec Gilles Borrat,

Mars 2001